/Haute-Savoie: La vallée de l’Arve soigne la qualité de son air

Haute-Savoie: La vallée de l’Arve soigne la qualité de son air

Publié dans LesEchos.fr le 22 décembre 2020. Le premier plan de protection de l’atmosphère (PPA1) de 2012 à 2017, donne déjà ses fruits avec de fortes baisses des concentrations en particules fines et oxydes d’azote. Avec le PPA2, certains objectifs de baisse dans la vallée de l’Arve se révèlent plus ambitieux que ceux de l’Europe.

Selon une estimation de Santé publique France, la pollution atmosphérique constitue la seconde cause de mortalité évitable (après le tabac : 73 000 morts) en France avec 48 000 décès prématurés par an – contre 800 000 en Europe. En Haute-Savoie, la qualité de l’air dans la vallée de l’Arve est particulièrement scrutée. D’autant que le 10 juillet 2020, le conseil d’État a rendu une décision en ordonnant au gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air… sous peine d’une astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard ! Cette astreinte sera effective si, dans les six mois, les concentrations ne sont pas ramenées en dessous des valeurs limites fixées par la directive européenne du 21 mai 2008.

La vallée de l’Arve, bonne élève

Sur les treize zones du territoire dans lesquelles les concentrations en polluants (NOx ; particules fines PM10 et PM2,5) dépassent les valeurs limites, neuf se trouve en Auvergne-Rhône Alpes. Or, selon la préfecture de Haute-Savoie, la vallée de l’Arve n’est pas concernée par cette décision. Et ce, bien qu’un léger dépassement soit encore constaté à la station des Bossons pour les seuls oxydes d’azote (NOx) dont la concentration était encore de 41 μg/m³ (micro gramme par mètre cube) en 2019 pour une valeur limite fixée à 40 μg/m³. En effet, dans le sillage du plan de protection de l’atmosphère (PPA1) de 2012 à 2017, « le conseil d’État relève que le plan élaboré en 2019 [le PPA2] pour la vallée de l’Arve comporte des mesures précises, détaillées et crédibles pour réduire la pollution de l’air et assurer un respect des valeurs limites d’ici 2022 », rapporte la préfecture

Importante baisse des concentrations de polluants

Et la préfecture de dégainer les chiffres. Avec le premier plan de protection de l’atmosphère (PPA1) de 2012 à 2017, la moyenne de concentration constatée a baissé de 22 % en matière de particules fines PM10 (de 10 microns de diamètre) de 27 μg/m³ (microgrammes par mètre cube) à 23 μg/m³. Ainsi que celle d’oxydes d’azote (NOx) de 57 μg/m³ à 49 μg/m³. Concernant les PM2,5, leur concentration a également diminué de 20 % sur la période. Qui plus est, selon la préfecture de Haute-Savoie, ces baisses se poursuivent entre 2017 et début décembre 2020. Ainsi celle des PM10 plonge-t-elle à 18 μg/m³. Celle des PM2,5 tombe à 13 μg/m³. De son côté, les NOx tombent à 32 μg/m³ début décembre 2020, bien en dessous de la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et des valeurs prévues par l’UE pour 2022 (40 μg/m³).

Des objectifs plus stricts que les exigences européennes

Quant aux objectifs du PPA2, ils se situent à 22 μg/m³ pour les PM10 à l’horizon 2022 (-30 % par rapport à 2012), soit légèrement au-dessus du seuil de 20 μg/m³ recommandé par l’OMS mais bien loin des 40 μg/m³ de la valeur limite prévue par l’UE. Concernant les PM2,5, l’objectif du PPA2 s’aligne sur la recommandation de l’OMS à 10 μg/m³ (25 μg/m³ pour l’UE).

Fin des cheminées ouvertes d’ici un an

Rappelons que l’utilisation des cheminées à foyer ouvert, responsables de l’émission de PM10 et PM2,5, sera interdite dans la vallée de l’Arve dès le 1er janvier 2022. À cet égard, le Fonds Air Bois propose une aide de 2 000 euros pour changer l’appareil de chauffage au bois (poêle, insert, cuisinière, chaudière bois, cheminée à foyer ouvert) ainsi qu’un financement des travaux jusqu’à 100 %. D’ores et déjà, le PPA2 aurait permis d’éviter l’émission de 13 tonnes de particules.

© Erick Haehnsen

Crédit photo © DDT74/SePTE/SiG/JP Vincent