Valeo, premier déposant de brevets français

[Paru le 07/06/2018, dans Les Echos] Pour la seconde année consécutive, l’équipementier automobile français arrive en te du palmarès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) avec 1 110 brevets publiés en 2017 et 994 brevets en 2016.

Le scanner laser de Valeo est le seul à être produits actuellement en série pour l’automobile. © Valeo

Depuis 2012, Valeo place la protection de la propriété intellectuelle (PI) au cœur de sa stratégie d’innovation. Avec cette orientation, pas moins de 50% des prises de commandes en 2017 se sont fondées sur des produits innovants qui ont été développés ces trois dernières années. Fort d’un investissement 2017 de 1,850 milliard d’euros en recherche et développement, soit environ de 12% du chiffre d’affaires première monte du groupe, et d’un effectif de 20 000 ingénieurs R&D répartis dans 38 centres de R&D à travers le monde, le groupe a ainsi protégé pas moins de « 2 000 nouvelles inventions en 2017 dans le monde [soit 1 110 brevets annoncés fin mars 2018, NDLR]. Cela représente un rythme d’au moins cinq inventions par jour, comptabilise Béatrice Lévy-Moulin, directrice de la propriété intellectuelle chez Valeo. Le nombre de brevets ainsi déposés a augmenté de 190 % par rapport à 2012 ! »

Direction de la propriété intellectuelle : des effectifs triplés en cinq ans

Comment le groupe Valeo est-il parvenu, pour la seconde année consécutive, en tête des sociétés innovantes françaises selon le classement 2017 de l’Institut national de la propiété industrielle (INPI) ? Certes, la mise en place d’une direction de la propriété intellectuelle (DPI) s’est révélée décisive. Mais ce n’est pas tout : « Lorsque Jacques Aschenbroich, le président-directeur général de Valeo, m’a embauchée fin 2012 pour mettre sur pied cette DPI, il a clairement donné le cap d’une très forte intégration de la propriété intellectuelle au cœur de la stratégie d’innovation. D’ailleurs, la DPI appartient à la direction R&D et marketing produit. De fait, les équipes de la DPI travaillent au plus près des équipes de développement. Par conséquent, toutes les questions relatives à la propriété intellectuelle sont abordées dès l’origine des projets, reprend Béatrice Lévy-Moulin qui a vu les effectifs de sa DPI tripler en cinq ans à plus d’une centaine de personnes. Nous avons la plus grande équipe PI des sociétés françaises. Cependant, l’idée n’est pas de mener une politique du nombre en matière de brevets mais bien de coller à la stratégie d’innovation du groupe. »

Une innovation majeure pour le véhicule autonome

Le scanner laser de Valeo est le seul à être produits actuellement en série pour l’automobile.
© Valeo

Concrètement, Valeo bâtit sa stratégie d’innovation selon trois axes thématiques : l’électrification du véhicule, le véhicule autonome et le véhicule connecté. Dans ce contexte, l’une de ses innovations majeures réside dans Scala, un scanner laser (LiDAR) qui détecte tout obstacle statique ou en mouvement – comme les voitures, les motos ou encore les piétons. A partir de ces données, une carte de l’environnement est recréée à la volée et en continu pour analyser et anticiper les événements aux alentours du véhicule. « C’est un élément essentiel pour la conduite intuitive et dans la perspective du véhicule autonome », souligne Béatrice Levy-Moulin. Il existe bien d’autres LiDAR mais Valeo apporte une protection particulière au Scala car c’est le seul au monde à être produit d’ores et déjà en série dans l’automobile. « Nous le produisons déjà pour différents clients. » Nous ne saurons pas pour quels véhicules ni pour quelles marques !

Une stratégie de minage

« Nous sommes les premiers déposants de brevets en France mais nous sommes aussi la première société française à déposer à l’Office européen des brevets (OEB). Nous protégeons nous innovations partout dans le monde. Au total, nous arrivons à un portefeuille dépassant les 40 000 brevets que nous gérons majoritairement en interne afin de faire monter nos équipes en compétence, précise la directrice de la propriété intellectuelle de Valeo. Nous avons une stratégie dite de « minage » faisons du « minage » qui consiste à protéger non seulement nos innovations mais aussi les voies de contournement. » L’objectif, c’est de ne pas laisser de place à la concurrence. Cette stratégie de minage fait partie des revues de projets qui jalonnent les développements au fil de l’eau. D’ailleurs, elle est accompagnée par l’équipe de veille technologique qui scrute tout ce qui est déposé dans les domaines qui intéressent Valeo. « Dans notre stratégie de propriété intellectuelle, nous sommes passés d’une attitude défensive à une attitude offensive, fait valoir Béatrice Levy-Moulin. Outre l’innovation technologique, nous protégeons l’origine de nos produits au travers de la marque. Nous travaillons notamment avec des autorités douanières et certaines polices locales à qui nous dispensons des sessions de formation pour mieux connaître nos produits et mieux lutter contre d’éventuelles contrefaçons. »

Erick Haehnsen