Numérique : de l’IA au quantique

[Paru le 25/06/2018 dans La Tribune]

Sur cette vue d’artiste deux électrons se parlent. C’est à cette échelle quantique que travaillent les Qbit…
© QuTech

L’apprentissage machine et l’apprentissage profond dopent le marketing prédictif, la cybersécurité et les Fintech. L’apprentissage par renforcement réalise désormais des opérations qu’aucun programmeur ne pourrait leur apprendre. BMW, Google, Intel, MobilEye et Intel s’en servent pour optimiser le véhicule autonome. Réseaux de neurones, arbres de décisions, forêts aléatoires, algorithmes génétiques… les technologies de l’intelligence artificielle vont sans cesse se combiner pour s’immiscer par tous les pores du numérique. Après l’IA gloutonne en données, place à l’IA frugale. Autre disruption attendue, à moyen terme, les ordinateurs quantiques auxquels croient Google, IBM, Intel ou Microsoft , promettent des puissances de calcul délirantges. Problème, ces systèmes sont physiquement instables. QuTech, un institut de recherche néerlandais, pense s’approcher du Graal avec quasi-particules découvertes en 2012 qui permettraient de fabriquer de circuits électroniques quantiques sur des puces en silicium classiques.
Erick Haehnsen