Les nouvelles start-up du phygital se préparent au décollage

[Paru le 27/02/2018 dans Les Echos] Bénéficiant d’un contexte où les enseignes accélèrent leur digitalisation, les jeunes pousses mise sur l’intelligence artificielle afin de mieux faire parler la donnée.

70 % des clients en phase d’achat dans un magasin consultent leur mobile, selon les chiffre de RetailMeNot rapportés par l’Observatoire du commerce mobile (juin 2017). Comme autrefois sur l’Internet de leur PC ou de leur tablette à la maison, ils comparent les prix, consultent des avis et vont jusqu’à vérifier la disponibilité du produit. En face d’eux, les ténors de la grande distribution accélèrent l’adoption des outils numériques, souvent avec l’aide de start-up du monde phygital – à la fois physique en magasin et digital en ligne. Ainsi, 50 % des grandes enseignes sont-elles équipées de tablettes connectées, soit une progression de 14 % en un an, et 22 % planifient des projets d’outils mobiles, souligne le baromètre Smart Retail de Samsung (janvier 2018) mené en partenariat avec le magazine LSA. Qui plus est, 38 % des grandes retailers ont déployé (ou projettent de le faire) des tablettes en libre-service.

Le premier objectif de cette digitalisation vise non seulement à générer du trafic vers les magasins et à accroître les ventes (62 %, + 8 points) mais surtout à augmenter la fidélisation ainsi que l’engagement client (64 %, + 20 points). À cet égard, il faut savoir que 81 % des jeunes européens millenials (entre 18 et 34 ans) s’avouent satisfaits de leur expérience en boutique, indique une toute récente étude de l’Observatoire Cetelem. Cependant, 61 % veulent vivre des expériences festives, ludiques ou surprenantes en magasin.

Dans cet esprit, la start-up parisienne The Bubbles Company, qui a levé 4 millions d’euros depuis 2014, gamifie la relation client en magasin avec le jeu de carte sur mobile et réseaux sociaux 1/x qui permet de choisir entre une réduction ou avoir une chance sur dix de partir sans payer à la caisse. « En général, les gens préfèrent tenter leur chance ! », sourit Christophe Vattier, le président fondateur de la société qui a réalisé un million d’euros de chiffre d’affaires en 2017 en convaincant, entre autres, Lacoste, Monsieur Bricolage, Orange ou System U.

Pour leur part, les plus jeunes start-up du phygital, comme Angus.ai, Gowento, Occi ou What The Shop rivalisent de finesse en misant sur l’intelligence artificielle afin de faire parler les données collectées au travers des smartphones, de capteurs d’ondes de mobiles, voire de caméras vidéo. Même si elles passent avec succès les tests de preuve de concept chez les grandes enseignes, elles doivent envisager de prochaines levées de fonds pour industrialiser leur offre avant le décollage du marché.

Erick Haehnsen