L’enseigne Size-Factory privilégie le sur-mesure

[Paru le 24/05/17 dans Les Échos]. L’enseigne de vêtements pour hommes ouvre de 4 à 6 nouveaux magasins par an. Size-Factory parie sur des logiciels évolutifs et des développements internes. Par Eliane Kan

L’enseigne a développé des applications en interne, hébergées dans le cloud, conçues, entre autres, pour suivre les ventes et répondre aux besoins des clients. – Photo Size Factory.© D.R.

Pas toujours facile de s’habiller quand on est grand et fort de taille ! Ce constat est celui des cofondateurs de Size-Factory, une enseigne de prêt-à-porter pour les hommes de haute stature. Depuis le lancement en 2011 de son site d’e-commerce et de sa première boutique en dur, l’entreprise, dont le siège est à Paris, a ouvert en France près d’une quinzaine de magasins en propre. Elle espère mailler complètement le territoire en 2020. « Nous ouvrons de 4 à 6 magasins par an », indique Alexis Bourdin, chargé de l’informatique au sein de Size-Factory.

L’enseigne compte une soixantaine d’employés, dont deux développeurs en interne et un graphiste-intégrateur. Le coût du numérique pèse environ 1 % du chiffre d’affaires, qui s’élèvera à 13 millions d’euros pour 2016-2017, contre 9 millions pour l’exercice précédent. En 2017-2018, Size-Factory prévoit de hisser ses recettes à 16 millions d’euros.

E-commerce et open source

Pour accompagner cette croissance rapide, l’enseigne a misé sur des logiciels évolutifs disponibles sur étagère ou développés en propre. A commencer par PrestaShop, un logiciel open source d’e-commerce disponible en version gratuite et à partir duquel des applications ont été développées en interne. Hébergées dans le cloud, elles sont conçues, entre autres, pour suivre les ventes et répondre aux besoins des clients. C’est notamment le cas de l’application « click and collect ». Laquelle permet à un internaute d’acheter sur le site Internet et de retirer ses achats dans l’un des 14 magasins de Size-Factory. Chaque boutique est équipée du logiciel KinTPV, acheté sur étagère, afin de gérer la caisse et le magasin, c’est-à-dire les stocks, les commandes et les fournisseurs. Ce logiciel édité par KinHelios a été choisi notamment pour sa compatibilité avec PrestaShop. « Son éditeur nous a aussi assuré de sa capacité à évoluer et à supporter des développements spécifiques », explique Alexis Bourdin. KinTPV remonte ses données au poste maître qui est interfacé avec l’outil PrestaShop.

Cette passerelle permet notamment de faire des réassorts entre magasins ou avec l’entrepôt d’e-commerce. De quoi ne jamais manquer d’une référence et améliorer la satisfaction client ! Il s’agit là d’un axe stratégique pour l’entreprise. Ce qui l’a amené à mesurer l’indice de satisfaction des clients en leur soumettant par courrier électronique un questionnaire grâce à un autre outil spécifique développé en interne. Le responsable informatique de Size-Factory privilégie les développements en interne hébergés sur le cloud pour plusieurs raisons. « D’abord, dans un contexte de forte croissance, ce sont des solutions très faciles à déployer, les utilisateurs y ont accès à l’aide d’un simple navigateur, fait valoir Alexis Bourdin. En outre, l’ouverture des accès et le paramétrage des droits sont très faciles à effectuer. »

Pour autant, le responsable informatique ne s’empêche pas d’acquérir des logiciels sur étagère. A chaque fois qu’un besoin se fait sentir, le prix d’achat est comparé aux investissements qui seraient consentis en interne pour développer une solution équivalente. Outre la question du coût, Alexis Bourdin prend en compte d’autres indicateurs comme la souplesse d’évolution du logiciel et la réactivité de son éditeur. Reste que, en général, l’étude de ces critères amène l’entreprise à privilégier le développement interne plutôt que l’achat. Quant à la maintenance des applications, elle est réalisée en interne. A charge pour l’un des deux développeurs de s’assurer de la mise à jour des logiciels et des langages utilisés. Par ailleurs, Size-Factory a confié l’infogérance de ses serveurs hébergés dans le cloud à un prestataire qui s’assure 24h/24 de leur bon fonctionnement.

Eliane Kan