( Dossier Jeunes Entrepreneurs 2/4) « L’enjeu n’est pas d’améliorer les marges, mais de faire grandir les hommes et les femmes »

[Paru le 13/07/2018 dans l’Officiel des Transporteurs] Président de Tradifret, Olivier de Pembroke, 40 ans, est élu président national du Centre des jeunes dirigeants d’entreprise jusqu’en juillet 2018. Il nous livre son expérience.

Olivier de Pembroke, dirigeant du groupe Tradifret, a été élu président national du CJD jusqu’en juillet 2018.
© Gilles Piel

« Longtemps, j’ai été un ovni au Centre des jeunes dirigeants d’entreprise (CJD). En effet, le secteur du transport routier de marchandises était très peu représenté. Heureusement, c’est en train de changer et je m’en réjouis. Car au CJD, notre philosophie est claire : la rentabilité n’est pas un objectif mais un moyen. Et le bénéfice, l’expression comptable du fruit de la collaboration entre tous. Par conséquent, chacun mérite sa part. Cette philosophie est particulièrement appropriée à notre époque car les générations Y et Z obligent à changer les codes du travail. Les organisations qui ne s’y adaptent pas risquent de disparaître !

« De toute façon, les organisations pyramidales doivent aussi mourir car toutes les pyramides sont des tombeaux ! et on ne peut pas continuer à mettre des individus en souffrance dans ces fameuses pyramides ! Dans cette mutation, le secteur du TRM occupe une position particulière : les TPE et PME y sont très présentes, avec, souvent, des hiérarchies assez plates. C’est un avantage.

« En revanche, le secteur dégage des marges très faibles et cette contrainte financière gèle un peu toute modification en profondeur de notre manière de gouverner. La seule solution, à mon avis, est de considérer les faibles marges comme une simple donnée. Dans cette perspective, l’enjeu n’est plus seulement d’améliorer les marges mais de faire grandir les hommes et les femmes de nos équipes, d’être un acteur d’insertion professionnelle et de s’impliquer dans la vie de son territoire. »

Catherine Bernard