La génétique et le numérique au secours de l’agriculture

[Paru le 25/06/2018, dans La Tribune]

Le français Parrot propose des solutions pour l’agriculture.
© Parrot

En 2020, il faudra nourrir plus de 7,7 milliards d’habitants dans un contexte de raréfaction de la main d’œuvre agricole. Pour améliorer la productivité des cultures, le monde agricole a les yeux tournés vers les fameux ciseaux moléculaires Crispr-cas 9 qui permettent de modifier l’ADN des cellules vivantes en insérant un gène ou une mutation. Des recherches sont menées en Chine et aussi au Royaume-Uni où l’orge a été rendu plus résistant à la sécheresse. Autre technologie disruptive, l’association de la modélisation agronomique à l’intelligence artificielle et aux objets connectés afin de mieux prévoir les rendements et optimiser le recours aux intrants. Les acteurs du drone sont sur le pont. Citons le suisse Agrofly, le chinois Sinochip ou encore le français Parrot. Ce dernier est partenaire d’Airinov, un prestataire qui utilise des drones embarquant des capteurs multispectraux pour faire de la détection de parcelles en manque d’eau ou du comptage de pieds de plants grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle.

Eliane Kan