Industrie : produire mieux, plus vite, moins cher et plus propre

[Paru le 25/06/2018, dans La Tribune]

ans cette machine, l’usinage par cryogénie à l’azote liquide laisse les copeaux propres et secs.
© Mecachrome

Avec l’Internet industriel de objets (IIoT) les capteurs pullulent dans les centres d’usinage à très grande vitesse, robots 8 axes, cobots et autres chaînes de fabrication intégrées… Des océans de données nourrissent de les puissants algorithmes d’intelligence artificielle qui améliorent sans cesse la production. Car la Smart Factory veut garantir la qualité des produits, fabriquer en masse des produits tous différents, voire de toutes petites séries ultra personnalisées pour le prix du standard. A l’instar de Naval Group qui, en collaboration avec l’École centrale de Nantes, a imprimé en 3D sa première pale d’hélice de bateau. Autre défi industriel : respecter l’environnement et la santé des salariés. En témoigne Mécachrome qui remplace les huiles minérales par de l’azote liquide pour refroidir l’outil coupant et laisser l’objet sec et propre en s’évaporant. De quoi faciliter le recyclage des copeaux métalliques. La société produit des pièces en attente de qualification par les clients de l’aéronautique.

 

 

Eliane Kan