Ergovie facilite la circulation des personnes en fauteuil roulant dans les bureaux

[Paru le 27/03/17 dans Infoprotection.fr]. Soutenue par le Pôle de compétitivité Images et Réseaux, cette entreprise rennaise a co-développé avec l’Insa de Rennes un système électronique associé à des capteurs à ultrasons qui facilite le déplacement des fauteuils roulants à l’intérieur d’un bâtiment. De quoi soulager l’utilisateur amené à circuler dans des espaces étroits et complexes. Par Eliane Kan

Le système Feego s’installe sur près de 7 fauteuils électriques sur 10. © Ergovie

Pas toujours facile de circuler dans les couloirs de bureaux quand on est en fauteuil roulant ! Un besoin auquel répond néanmoins le système Feego. Adaptable à n’importe quel fauteuil roulant électrique, il s’agit d’une aide électronique à la navigation qui permet de le conduire comme s’il s’agissait d’une automobile à l’aide d’un simple joystick. Pour le  »conducteur », c’est l’assurance que son fauteuil ne viendra pas buter contre les murs. « Forts du soutien du Pôle de compétitivité Images et Réseaux, nous avons co-développé cet assistant à la conduite avec l’Institut national des sciences appliquées (Insa) de Rennes », explique Luc Le Pape, président de la société Ergovie, une entreprise spécialisée notamment dans la vente et l’adaptation des fauteuils roulants. Cinq années ont été nécessaires à sa cellule R&D pour développer cet assistant à la conduite. Co-détentrice d’un brevet déposé avec l’Insa, Ergovie a d’ailleurs bénéficié d’aides financières régionales auprès d’Ouest Valorisation, la Société d’accélération du transfert technologique (SATT), et de la région Bretagne.

Un fauteuil roulant bardé de capteurs à ultrason

Associé à des capteurs à ultrason placés à l’avant, à l’arrière et sur les côtés du fauteuil, ce copilote électronique sait par exemple détecter des parois vitrées latérales ou encore la présence d’une personne derrière le fauteuil. Mieux encore, face à un obstacle, il sait ralentir automatiquement, voire même s’arrêter pour mieux le contourner, sans jamais modifier la trajectoire définie par le conducteur. Autant de fonctionnalités qui rendent la conduite plus aisée, moins stressante et donc moins fatigante pour le collaborateur invalide. Du côté de l’employeur, l’utilisation d’un tel système contribue à préserver les parois des couloirs mais aussi des bureaux et des ascenseurs. L’utilisateur peut d’ailleurs régler la distance de ralentissement par rapport à un mur ou à tout autre obstacle. « Notre copilote sait aussi corriger de lui-même la trajectoire du fauteuil lorsqu’il s’engage dans un passage étroit et complexe », indique Luc Le Pape.

Deux ans de tests

Après deux ans de tests menés auprès d’utilisateurs en conditions réelles, Ergovie lance la commercialisation du système Feego auprès des possesseurs de fauteuils électriques doté d’une électronique de type R-Net. Laquelle représente en Europe 7 fauteuils électriques vendus sur 10. « Notre système se monte directement sur l’électronique du fauteuil », indique le dirigeant qui a obtenu auprès du fabricant de l’électronique une licence d’utilisation. Par ailleurs, il est aussi en négociation pour que le système Feego soit installé en première monte ou vendu en option avec plusieurs fabricants de fauteuils.

Eliane Kan