Elsa Giordanengo (Comes Consultant) : « Les encadrants doivent montrer un intérêt sincère pour la santé de leur équipe »

Directrice du cabinet Comes Consultants créé en 2003, Elsa Giordanengo anime des formations de motivation pour les décideurs et de management de la prévention pour les personnels de maîtrise. Fort de ses dix-huit consultants-formateurs spécialisés dans le management et la sécurité-santé, l’entreprise réalise des audits de site notamment pour des multinationales dans l’industrie, le transport ferroviaire, le BTP et la grande distribution. A l’occasion de l’Atelier des Préventeurs (5 octobre à Paris), elle interviendra sur le thème de l’approche systémique en prévention des risques professionnels.

Directrice du cabinet Comes Consultats, Elsa Giordanengo intervient auprès des multinationales. © D.R.

En matière de prévention, vous préconisez aux entreprises de replacer l’humain au coeur de la prévention par une approche systémique de la sécurité. De quoi s’agit-il ? Les dirigeants sont-ils prêts à sauter le pas ?

L’approche systémique de la sécurité-santé au travail existe depuis une quinzaine d’années. Elle consiste à mieux répartir les rôles, missions et responsabilités entre tous les acteurs de l’entreprise. Ce qui libère un peu le préventeur et lui permet de retrouver sa vraie place, à savoir celle d’un conseiller interne. Mais peu d’entreprises ont déjà adoptée cette approche qui s’intéresse au comportement en sécurité, santé et prévention de l’ensemble du système. Pour nous, l’approche systémique consiste à diagnostiquer le système de sécurité mis en place, les méthodes et les outils ainsi qu’à mesurer aussi l’implication de la direction, des cadres de proximité et des opérateurs.

Pourquoi est-il si important que les managers s’investissent personnellement dans ces questions ?

Pour que le système mis en place fonctionne, il ne suffit pas de rappeler les règles. Encore faut-il créer du lien avec les équipes afin qu’elles ressentent un intérêt sincère de la part de la direction. Lorsque les managers se plaignent de répéter les règles sans que la sécurité ne progresse, cela est révélateur du fait qu’ils ne cherchent pas à savoir pourquoi les opérateurs ne les respectent pas. Or, en s’impliquant personnellement et en montrant de l’intérêt sincère pour la santé des membres de leur équipe, les encadrants peuvent contribuer à lever les freins et mettre en place une sécurité active.

Qu’est-ce qui fait que les opérateurs n’appliquent pas les règles de sécurité ?

En général, ils invoquent le fait que suivre les règles les freine dans leur productivité mais nous leur démontrons qu’il n’en est rien. Souvent ils n’appliquent pas les règles car ceux qui les ont édictées ne prennent pas assez en compte leurs situations réelles de travail. Ces règles sont faites pour être appliquées dans des taches normales et non quand elles sont dégradées. Or cela peut arriver plusieurs fois par jour. Lorsqu’il y a un problème de production, l’opérateur se mobilise entièrement pour résoudre l’incident. C’est à ce moment là qu’il prend des risques par rapport à sa propre sécurité car il s’oublie dans sa gestion du problème. Il est nécessaire qu’il acquière un réflexe de vigilance qui l’amène à redoubler de prudence en cas d’incident.

Comment procédez-vous une fois le diagnostic établi pour aider les opérateurs à modifier leur comportement ?

En général, je ne remets pas en cause l’existant mais je redonne de la cohérence aux différentes actions qui ont été mises en place, de sorte à les valoriser. Je propose aussi quelques adaptations qui visent à simplifier le système de sécurité. Il s’agit de l’axer davantage sur l’humain afin qu’il soit mieux accepté par les opérateurs. Pour que ces derniers aient envie de changer de comportement, il faut aussi que l’ensemble de l’entreprise évolue en intégrant la sécurité dans l’organisation du travail. Il est nécessaire aussi que les managers se préoccupent sincèrement de la sécurité des équipes en se rendant sur le terrain et en échangeant avec les personnes concernées. Ainsi, lorsque le contexte de travail change, alors il est plus facile d’accepter soi-même de changer, de se remettre en cause.

Qu’en est il des managers de proximité ?

Ce sont les niveaux les plus délicats car ils ont du mal à gérer leur équipe sur les questions de sécurité. Souvent la valeur refuge, bien maîtrisée, c’est la technique et moins l’humain. Il faut donc aider le manager de proximité à se positionner sur ces questions, à adopter une communication positive en dédramatisant la problématique de sécurité. L’objectif de fond est de ré-impliquer tous les niveaux de l’entreprise, en rendant la sécurité moins rébarbative et un peu plus sexy et en créant des réflexes de prévention, de protection et de bienveillance générale. A travers cette démarche, on recréée également plus de lien. Ce qui profite aux autres domaines que la sécurité-prévention, y compris la production. Le maître mot ? Donner envie !

Propos recueillis par Eliane Kan

Enregistrer